La Soleá est un des styles les plus importants du flamenco. Ce terme vient du mot soledad (solitude), transformé par cet accent caractéristique des artistes du flamenco.

La Soleá se présente comme le cœur de l’art jondo, étant donné que sa structure incorpore des éléments essentiels de l’esthétique flamenco, comme des mélodies, des rythmes et des harmonies.

Même s’il ne s’agit pas du style flamenco le plus ancien, c’est le seul capable d’ajouter des valeurs et des qualités particulières au genre. Il voit le jour par l’évolution du jaleo, après un processus que l’Andalousie a traversé au cours du XIXe siècle et qui consiste à donner un style gitan à tout.

La Soleá regroupe d’autre genres tels que le polo, la caña, les cantiñas et les bulerías. On attribue son origine à la chanteuse gitane La Andonda, épouse de El Fillo.

Cette structure est exécutée par une bailaora soliste très expressive, ce qui en fait un style très approprié pour la mise en valeur de la danseuse, qui peut faire sur scène des mouvements très féminins avec les bras et le corps, en s’accompagnant de zapateado pour donner du mouvement à ses hanches, et pour accentuer son caractère et son air sérieux.

X
Send this to a friend